islam yasmina

L' Unicite, Allah l' Unique !

dim, 3 janvier, 2016

Les bienfaits de la Hijama – (incisiothérapie)

Classé dans : Audio — islamyasmina @ 23:48

A la découverte de la hijama

Al Hijama est une pratique thérapeutique ancestrale utilisée dans l’Egypte antique ainsi que dans la médecine chinoise traditionnelle. Le Prophète (sallahu alayhi wa salam) a confirmé et encouragé cette pratique et de nombreux hadiths ventent ses mérites.

Anas Ibn Mâlik rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Pendant mon Voyage Nocturne, je ne suis pas passé devant un groupe d’anges sans qu’ils ne me disent : « Ô Muhammad ! Ordonne à ta communauté de pratiquer Al-Hijama.» [Sahîh Al-Jâmi’ (5671)]

Anas rapporte que Abû Taybah pratiqua Al-Hijâmah au Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam). Il ordonna qu’on lui donne deux Sâ‘ de nourriture, il parla à ses maîtres afin qu’il cessent de trop le charger et dit : « Le meilleur de vos remèdes est Al-Hijama.» [Al-Bukhârî (5696) et Muslim (1577)]

Après un abandon de la pratique en Occident avec l’arrivée des médicaments et antibiotiques, la Hijama retrouve aujourd’hui une grande notoriété. Elle est notamment reconnu par l’OMS depuis 2004, qui la classe comme une médecine qui soigne. Selon elle, les maladies traitées par la hijama sont l’asthme, l’eczéma, l’acné, le diabète, les colopathies, l’hypertension artérielle, les prostatites, l’impuissance, la stérilité, les hémorroïdes, les rhumatismes, les lombalgies.

 

 

hijama

 

En quoi ça consiste ?

La hijama est une technique de soins qui permet de soustraire du corps le sang de composition nocive à l’aide de ventouses. La technique de la hijama est assez simple.

Il existe 2 types de hijama : la hijama sèche et la hijama humide.

La hijama sèche : On applique la ventouse sur la peau, on n’incise pas. Le but est d’extraire des substances toxiques depuis l’organe atteint vers la surface de la peau. Le réseau circulatoire des capillaires superficiels de la peau permet alors de retirer une de ces substances sur l’ensemble de cette surface

La hijama humide appelée aussi cupping thherapy ou incisiothérapie : Elle consiste à inciser superficiellement l’épiderme et à aspirer le « mauvais sang » via des ventouses. C’est cette technique qui était la plus répandue à l’époque du Prophète (sallalahou alayhi wa salam)

 

De multiples bienfaits

La hijama peut-être utilisée de façon préventive et/ou currative pour certaines maladies. Elle agit notamment sur le système nerveux, immunitaire, neurologique et psychologique ainsi elle permet entre autre aux patients de ressentir un grand bien-être, de retrouver un équilibre et un certain dynamisme

Voici quelques exemples des effets de la hijama :

  •  une baisse du taux de mauvais cholestérol
  •  l’atténuation de certaines douleurs
  •  l’élimination des déchets accumulés dans le sang
  •  la régulation des hormones notamment au niveau de la septième vertèbre cervicale

Elle peut soigner par exemple :

  •  les maladies gynécologiques,
  •  les maladies des sinus,
  •  le rhumatisme
  •  les maladies des reins..

 

Y a-t-il des risques ? Des effets secondaires?

De la même manière que tout traitement présente des effets indésirables en fonction du patient qui le prend, al hijama peut aussi engendrer des effets secondaires chez le sujet sur lequel elle est pratiqué. Il faut donc prendre en compte les antécédents et les traitements suivis par cette personne : par exemple, un malade cardiaque avancé ne peut bénéficier d’une hijama car la fatigue qui en découlera peut déclencher une crise. De même, il peut y avoir des conséquences en cas de prise d’un traitement anticoagulant… Il ne convient pas de pratiquer la hijama sur une personne faible, ou en état d’infection.

Sur les enfants et les personnes âgées, la hijama doit être de faible succion, il est conseillé d’attendre que l’enfant ait atteint l’âge de 10 ans avant de pratiquer une hijama humide

Les recommandations dans la Sunna

La hijama à jeun est une recommandation prophétique mais aussi médicale. En effet, la hijama lorsque le ventre est plein est source de mal (nausée, malaise…) comme le rappelle Ibn Qayim dans ZâdAl-Ma’âd(4/58-59)

« Celui qui fait la hijama le 17e, 19e et 21e(du mois lunaire), cela est une guérison pour tous les maux ». As-Sahiha (n°622).

Le Messager d’ALLAH prières et bénédictions sur lui a dit : Evitez la hijama le mercredi et le vendredi et le samedi et le dimanche et faites la hijama le Lundi et le Mardi car c’est le jour ou Allah a guerrit Ayoub Alayhi salaam « . Rapporté par Al Boukhary

Cependant s’il y a nécessité, la hijama peut se faire les autres jours.

 

Des règles d’hygiène à respecter

Les conditions à respecter en terme d’hygiène sont multiples, la personne qui pratique la hijama devra par exemple procéder à :

  •  La désinfection des mains
  •  Le port de gants (Gants différents pour chaque patient)
  •  L’utilisation de lames et manchons stériles,
  •  Il convient de désinfecter avant d’inciser et de protéger ses désinfectants d’une éventuelle contamination,
  •  L’utilisation de compresses stériles,
  •  L’utilisation de ventouses à usage personnel ; (l’usage unique est meilleur sinon si on compte les réutiliser,  retirer tout le sang présent à l’intérieur, passer les ventouses à l’eau et  les tremper dans une solution antiseptique). Jeter les lames dans un collecteur d’aiguilles pour éviter les accidents de manipulation des poubelles

 

Une formation indispensable

Pour pratiquer la hijama il est important d’être doté d’un bagage scientifique, de préférence être un professionnel de santé, idéalement un médecin. Si le praticien n’est pas médecin, il est vivement recommandé qu’il ait été formé par un médecin par exemple.

 

Quel est le tarif moyen pour une séance

Le tarif d’une consultation de hijama est un sujet qui fait bien souvent débat car il existe plusieurs avis à ce sujet. En voici quatre parmi les grands savants :

 

– L’imam Ibn Taymiyyah a distingué 4 principes :

  •  Dans le cas où le praticien cherche à s’enrichir par ce biais alors ce salaire lui est interdit.
  •  Si il espère juste récupérer ce qui lui revient (en ce qu’il a pu dépenser) alors cela est autorisé.
  •  Si il a des animaux à nourrir ou des esclaves à charge et qu’il ne souhaite pas y perdre son argent, alors cela lui est autorisé dans ce contexte.
  •  Si il doit choisir entre demander un salaire pour la hijama et mendier alors ce salaire lui est préférable à la mendicité. Al-Ikhtiyârât Al-Fighiyyah, p.136

 

– L’imam Ibn Al-Qayyim :

L’imam Ibn Al-Qayyim est d’avis que le salaire du praticien est licite, et il mentionne le hadith de Ibn Abbâs (raddi allahou anhou) qui rapporte : « Le Prophète (sallahou alayhi wa salam) a subi une hijama, puis a donné une rétribution au praticien, et si cela était interdit, il ne lui aurait rien donné. » Al-Bukhârî (5691) et Muslim (1202).

Il ajoute que le fait que le Prophète ( sallahou alayhi wa salam ) ait désigné ce salaire comme étant mauvais (khabîth) est semblable au fait qu’il ait dit que l’ail et l’oignon étaient mauvais (khabîthayn), or ils ne sont pas interdits à la consommation en Islam.

 

– Ibn Uthaymîn :

« Le salaire du Hajjam est mauvais et vil sans pour autant être illicite. Mais il importe, en conséquence, au praticien de ne pas demander de salaire et de s’adonner à une activité à but non lucratif. Le hadith de Ibn Abbâs (RA) montre qu’il est permis de donner une rétribution au praticien, mais c’est à ce dernier de se vouer à une activité bénévole, car cela fait partie de la délivrance de ses frères d’un mal qui les atteint. Si malgré tout, il prend un salaire alors ce salaire est vil mais n’est pas illicite. » Al-Liqâ’ Al-Maftûh (213).

« Pouvons-nous aussi argumenter d’une autre manière, c’est-à-dire, si nous considérons que le salaire du praticien est illicite, cela aurait un effet néfaste de telle sorte que nous n’aurions plus de praticiens de la hijama ?

Oui, cela priverait les musulmans d’un bienfait qui est l’accès à la hijama. En effet, si nous disons à un praticien qui a loué un local, acquis divers sièges et divers instruments pour la hijama et qui consacre une grande partie de son temps à la pratiquer sur les gens : « Prends garde à prendre une rétribution auprès d’eux car cela est illicite », que fera-t-il ?

Il dira : « J’arrête (de pratiquer la hijama). » Cela empêchera alors une chose dans laquelle se trouve un bienfait qu’est la hijama. » Commentaire de Bulûgh Al-Marâm (4/220-224)

 

– L’imam Ahmad :

L’imam Ahmad et d’autres émettent une distinction entre l’esclave et l’homme libre. Ils ont autorisé ce salaire pour l’esclave et l’ont interdit pour l’homme libre qui souhaite en tirer profit. Ce dernier a toutefois le droit d’en disposer, si cet argent est destiné à l’entretien de ses bestiaux ou pour nourrir ses servants.

Cet avis se base sur un hadith en lequel e Prophète (sallahou alayhi wa salam) a été interrogé au sujet du salaire du Hajjâm et il répondit : « Entretiens avec tes bestiaux et nourris-en tes serviteurs»  AsSahîhah (1400).

 

 

ven, 16 octobre, 2015

Les signes de la fin des temps

Classé dans : Audio — islamyasmina @ 18:27

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent. Et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’Islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

 

Allâh Tabâraka wa ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿ اقْتَرَبَتِ السَّاعَةُ وَانشَقَّ الْقَمَرُ ﴾

Ce qui signifie : « L’heure du jour du Jugement se rapproche et la lune s’est fendue en deux »[sôurat Al-Qamar / 1].

Un des miracles de notre Prophète c’est effectivement lorsque la lune s’est fendue en deux. Notre Prophète avait eu ce miracle d’où la mention de ce miracle dans sôurat Al-Qamar.

Allâh `azza wa jall dit aussi :

﴿يَسْأَلُونَكَ عَنِ السَّاعَةِ أَيَّانَ مُرْسَاهَا ﴿٤٢﴾ فِيمَ أَنتَ مِن ذِكْرَاهَا ﴿٤٣﴾ إِلَىٰ رَبِّكَ مُنتَهَاهَا ﴿٤٤﴾ إِنَّمَا أَنتَ مُنذِرُ مَن يَخْشَاهَا ﴿٤٥﴾﴾

Ce qui signifie : « Ils t’interrogent au sujet du jour du Jugement quand aura-t-il lieu mais tu ne le sais pas ; seul Allâh sait cela …», [sôurat An-Nâzi`ât / 42-43].

En effet, Seul Allâh sait la date exacte du jour du jugement. Ainsi devient mécréant celui qui prétend que la fin du monde aura lieu telle date, car ainsi il aura démenti Allâh et Son Messager, comme celui qui dit que la fin du monde aura lieu le 21/12/2012 (même en plaisantant, voir : chapitre sur l’apostasie).

Le Prophète Salla lLâhou `alayhin wa sallam :

« إِنَّ العَبْدَ لَيَتَكَلَّمُ بِالكَلِمَةِ لا يَرىَ بِهَا بَأْساً يَهْوِي بِهَا فِي النَّارِ سَبْعِينَ خَرِيفاً »

(‘inna l-`abda layatakallamou bil-kalimati lâ yarâ bihâ ba’san yahwî bihâ fi n-nâri sab`îna kharîfâ)

qui signifie : « Certes, il arrive que quelqu’un dise une parole dans laquelle il ne voit pas de mal, mais à cause de laquelle il chutera en enfer pendant soixante-dix automnes ». C’est-à-dire une distance parcourue en soixante-dix ans de chute pour atteindre le fond de l’enfer, le fond de l’enfer étant réservé aux mécréants. Ce Hadîth a été rapporté par At-Tirmîdhiyy, qui lui a donné le degré de Haçan.

Dans le Hadîth rapporté par Mouslim l’ange Gabriel -Jibrîl- a interrogé le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam en disant :

قَالَ فَأَخْبِرْنِي عَنْ السَّاعَةِ. قَالَ : ((مَا الْمَسْئُولُ عَنْهَا بِأَعْلَمَ مِنْ السَّائِلِ)) قَالَ فَأَخْبِرْنِي عَنْ أَمَارَاتِهَا. قَالَ :( (أَنْ تَلِدَ الأَمَةُ رَبَّتَهَا وَأَنْ تَرَى الْحُفَاةَ الْعُرَاةَ الْعَالَةَ رِعَاءَ الشَّاءِ يَتَطَاوَلُونَ فِي الْبُنْيَانِ)).

Ce qui signifie : « « Informe-moi au sujet de l’heure du Jour Dernier, le Prophète a dit : « Celui qui a été interrogé n’en sait pas plus que celui qui l’interroge », Jibrîl a dit : « Alors, parles moi de ses signes annonciateurs », et le Prophète lui répondit : « Ce sera lorsque la femme esclave donnera naissance à sa maîtresse, lorsque tu verras les va-nu-pieds, mal vêtus, nécessiteux qui gardent les troupeaux se faire élever des constructions de plus en plus hautes » ».

Par ailleurs le jour du jugement n’aura pas lieu avant que ne se manifestent certains signes qui sont classés en deux catégories : les petits signes de la fin du monde et les grands signes de la fin du monde.

Concernant les petits signes annonciateurs du jour du Jugement, il y a parmi ces petits signes là ceux dont le Messager nous a parlé. Dans un Hadîth rapporté par Mouslim lorsque l’ange Jibrîl a questionné notre prophète aux sujets des signes annonciateurs du jour du jugement, le Prophète a répondu ce qui signifie : « Le jour où la femme esclave donne naissance à une femme libre ; et que tu vois ceux qui étaient nus pieds mal habillés et bergers construire en hauteur », et ceci s’est déjà produit.

Aussi, parmi les petits signes, il y a que des montagnes vont disparaître, la multiplication des tremblements de terre, la multiplication des maladies que les gens ne connaissaient pas auparavant, la multiplication des charlatans et des orateurs du mal et tout ceci s’est déjà produit.

De même, parmi ces signes le fait que certaines personnes prétendent être prophète [ceci est de la mécréance car il n’y a pas de nouveaux Prophètes après le Prophète MouHammad] et ceci est advenu.

De même le changement de l’état de l’air, en été il devient comme en hiver et en hiver il devient comme en été, la diminution de la science de la religion et la grande ignorance de la religion, la multiplication des meurtres, de l’injustice, le temps qui semble court, le rapprochement des marchés les uns des autres ; et les différentes communauté qui attaquent la communauté de notre prophète comme des gens affamés se précipitent et entourent un plat de nourriture ; ils les attaquent de toute parts ; et tout ceci est advenu.

Parmi les derniers petits signes, c’est l’apparition de Al-Mahdiyy, le bien guidé, et ceci est confirmé dans le Hadîth SaHîH rapporté par Ibnou Hibbân dans son SaHîH, Abôu Dâwôud dans ses Sounan, At-Tirmîdhiyy dans son jâmi` et Al-Hâkim dans al-Moustadrak du Hadîth de `Abdou l-Lâh fils de Mas`ôud que Allâh l’agrée, d’après le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam qu’il a dit :

« لا تقوم السّاعة حتّى يملك الناس رجلٌ من أهل بيتي يواطئ اسمُهُ اسمي واسمُ أبيه اسم أبي فيملؤها [الأرض] قسطا وعدلا »

ce qui signifie : « Le jour du Jugement n’arrivera pas avant que les gens ne soient gouvernés par un homme qui fait partie de ma famille, dont le nom est semblable au mien et le nom de son père est semblable au nom de mon père. Il remplira la terre d’équité et de justice », il s’appelle donc MouHammad fils de `Abdou l-Lâh et il est soit un Houçayniyy soit un Haçaniyy, c’est à dire un descendant de al-Haçan ou de al-Houçayn les deux fils de FâTimah [la fille du Prophète] que Allâh l’agrée.

Il est parvenu que quand il se manifestera, il sera accompagné d’un ange qui dira : « voici le Calife agréé par Allâh, Al-Mahdiyy suivez-le ».

Il est parvenu aussi que la première fois qu’il apparaîtra, il sortira de Médine avec mille anges et il ira à La Mecque où l’attendront trois cent saints qui seront les premiers à lui faire un pacte d’obéissance.

Ensuite sortira une armée pour le combattre et Allâh fait que la terre les ensevelisse entre la Mecque et Médine.

Par la suite al-Mahdiyy ira au pays de ach-Châm [Palestine, Jordanie, Syrie et le Liban] et durant son époque, il y aura une famine. Mais le croyant complet sera rassasié grâce au tasbîH [le fait de dire soubHâna l-Lâh] et au taqdîs (ta`DHîm), qui est le fait d’évoquer Allâh et de Le glorifier.

Les grands signes de la fin du monde sont au nombre de dix :

1. la sortie de ad-dajjâl, le charlatan ou l’imposteur, on l’appelle aussi al-‘a`war (le borgne) et aussi al-macîH ad-dajjâl (le faux messie)

2. la descente du prophète `Içâ du ciel.

3. la sortie de ya’jouj et ma’jouj [le peuple de gog et magog].

4. le levé du soleil à partir de son couchant.

5. la sortie de la bête de la terre (animal particulier) ad-dâbbah.

Le quatrième et le cinquième signe se produisent le même jour entre l’aube et aD-DouHâ [environ vingt minutes après le lever du soleil] ; après cela aucun repentir ne sera plus accepté.

La bête de la terre Ad-dâbbah parle aux gens et distingue entre le musulman et le mécréant, elle les reconnaîtra et personne ne peut s’échapper d’elle.

6. une fumée va descendre et se propager sur terre. Le non-musulman faillira mourir de cette fumée quant au musulman, elle aura comme l’effet d’un rhume sur lui.

7. Trois ouvertures dans la terre qui ensevelira ce qui est dessus ; ce sont trois fissures : une à l’est, une à l’ouest et une dans la Péninsule arabique et ces trois fissures ne se produiront qu’après la sortie de ad-dajjâl et la descente de `Içâ `alayhi s-Salâm. Ces trois fissures se produiront en étant rapprochées, certains savants ont dit qu’il se peut qu’elles se produiront au même moment. Les trois ouvertures constituent chacun un signe distinct.

10. un feu qui va venir du fond de Aden, qui est une terre au Yémen ; les gens vont se diriger vers l’ouest pour échapper à ce feu.

Citons maintenant quelques détails concernant ces signes :

Ad-Dajjâl ou Al-MacîH al-kadh-dhâb (le menteur). Le mot macîH veut dire « celui qui se déplace beaucoup sur terre ». Il parcourt la terre en un an et demi. Il ira dans toutes les régions sauf la Mecque et Médine où il ne pourra pas pénétrer. Il a été confirmé que ad-Dajjâl voudra entrer à Médine mais il trouvera un ange  avec une épée brandie à chacune des entrées de Médine et il s’enfuira.

Le déplacement de ad-dajjâl est très étrange, il est différent du notre ; Allâh lui facilite le déplacement pour qu’il soit une épreuve par laquelle Allâh éprouve qui Il veut parmi Ses créatures ; certes Dieu guide qui Il veut et égare qui Il veut.

Ad-Dajjâl sera une cause d’égarement pour ceux à qui Allâh a prédestiné l’égarement ; il sera une cause de discorde. Allâh éprouve Ses esclaves par ce qu’ IL veut.

Ad-Dajjâl  dira aux gens : « je suis votre Dieu ». Il va leur montrer des choses qui vont les tromper ; les mécréants des fils de Isrâ’îl vont croire en lui et certains autres également pour qui Allâh a prédestiné l’égarement.

Tellement il se déplace sur terre, il est appelé MacîH, mais comme il égare les gens, on l’appelle ad-Dajjâl ou l’imposteur.

Allâh fera que ces gens qui suivront ad-Dajjâl soient repus et rassasiés, Allâh leur donne la subsistance alors que les croyants qui vont le démentir auront une famine mais Allâh leur facilite grâce au tasbîH et au taqdîs qui tiendront lieu de nourriture pour eux et la faim ne leur nuira pas.

Lorsque que notre maître `Içâ (Jésus) arrivera sur terre, il va rencontrer Al-Mahdiyy qui s’apprêtait à faire la prière avec les croyants et `Içâ laissera Al-Mahdiyy diriger la prière pour montrer l’honneur de la communauté de notre maître MouHammad et pour indiquer qu’il est descendu pour appliquer la Loi de MouHammad sur terre.

Dans l’époque de notre maître `Içâ, ad-Dajjâl sera tué et après cela il y aura le bien être et la paix. La terre va sortir de ses entrailles ce qu’elle a comme or. Tellement il y aura des richesses, il n’y aura personne qui acceptera l’aumône.

Al-‘a`war ad-Dajjâl [le borgne, l’imposteur] est un homme et le plus plausible est qu’il est des fils de Isrâ’îl ; un de ses yeux est proéminent, l’autre est effacé, c’est pour cela qu’il est surnommé le borgne. Actuellement, il est emprisonné sur une île ; les anges l’ont emprisonné en ce lieu. Cette île n’est pas connue. Le compagnon Tamîm Ibnou ‘Aws l’a vu et l’a rencontré directement  sur cette île ; le compagnon était monté sur un bateau avec ceux qui étaient avec lui puis ils se sont éloignés et perdus en mer pendant un mois ; ils sont arrivés sur une î le et ont rencontré ad-dajjâl, il était attaché avec des chaines, il avait une forte corpulence, il leur a adressé la parole en langue arabe, il a dit : « Je suis untel » et il les a interrogés sur certaines choses. Il leur a dit : « Est-ce que telle chose est arrivée ? » Il leur a dit au sujet du Prophète : « Est ce que le Prophète arabe est apparu ? ». Par la suite le Prophète a reçu la révélation de  ce qui est semblable à ce que ce compagnon a vu de ad-dajjâl.

Par épreuve, Allâh manifeste sur les mains de ad-dajjâl des choses extraordinaires, [qui ne sont pas appelées miracle – mou`jizah – car le miracle – mou`jizah – est ce qui arrive sur les mains d’un prophète. Ceci est appelé istidrâj en arabe, qui signifie littéralement :  » ce par quoi l’on entraîne « , car ad-dajjâl entraîne les gens à la mécréance],  ainsi il coupe en deux un croyant et il le ramène par la volonté de Allâh à la vie et lorsqu’il revient à la vie, l’homme dit : « Cela n’a fait qu’augmenter ma certitude que tu es un menteur » ; de même il ordonne à la pluie de tomber et elle tombe et il ordonne à la terre de faire pousser les plantes et elles poussent. Il a avec lui deux fleuves : un fleuve de feu qui est une fraîcheur pour les croyants et un fleuve d’eau qui est un feu pour eux.

Au tout début de l’apparition de ad-dajjâl, un jour sera comme une année,  ensuite un jour comme un mois et un jour comme une semaine. Trois ans avant son apparition, le tiers de la quantité de pluie sera retenu [la quantité d’eau qui tombe est toujours la même d’une année à l’autre mais c’est la répartition qui change], deux ans avant son apparition, les deux tiers seront retenus et un an avant son apparition, toute l’eau sera retenue et il n’y aura donc pas de pluie.

Ad-dajjâl  rencontrera notre maître `Içâ `alayhi s-Salâm en Palestine et `Içâ va le tuer aux portes du village Loudd, qui se trouve en Palestine.

Quant à Ya’jouj et Ma’jouj – Gog et Magog -, à l’origine, ce sont deux tribus d’êtres humains, ils sont tous mécréants. Le lieu où ils résident est inconnu pour les gens. Ils sont dans l’une des extrémités de la terre. Allâh ta`âlâ les a voilés pour les gens. C’est un homme qui s’appelle AS-Sa`ab Dhou l-Qarnayn, un homme vertueux qui faisait partie des plus grands des saints [‘awliyâ’ au pluriel et waliyy au singulier, le saint est le musulman qui fait tout ce que Dieu a ordonné et évite tous les interdits et qui persévère à accomplir les œuvres surérogatoires], qui les a emprisonnés pour qu’ils ne puissent pas parvenir jusqu’à nous. Par la toute-puissance de Allâh, il a construit comme un barrage.

Dhou l-Qarnayn avait parmi ses prodiges (karâmah) le vent qui l’emportait d’est en ouest, Allâh lui a accordé ces prodiges car c’était un grand waliyy ; ainsi il a construit un barrage comme une montagne très élevée en fer, sur laquelle du cuivre à été fondu, elle est devenue ainsi extrêmement solide. Aucun humain n’arrive à l’escalader d’une voie habituelle. Ya’jouj et Ma’jouj essaient de traverser cette montagne. Chaque jour, ils font des tentatives mais ils ne peuvent pas. Chaque jour après un long travail, ils disent : « demain, nous allons poursuivre ». Quand ils reviennent le lendemain, ils trouvent que le trou qu’ils avaient commencé était à nouveau bouché. Jusqu’au jour où ils vont dire : « demain nous allons poursuivre, inchâ’a l-Lâh ». Le lendemain, lorsqu’ils vont revenir, ils vont trouver que ce qu’ils avaient commencé la veille était tel quel et ils vont continuer à creuser la montagne et parvenir à sortir.

Ya’jouj et Ma’jouj ont une particularité : l’un d’entre eux ne meurt qu’après avoir laissé mille de ses descendants ou plus, c’est-à-dire qu’ils se multiplient beaucoup, tout comme le Messager a cité cela. Ainsi, avant leur sortie, leur nombre sera très grand au point que tous les humains, au Jour du Jugement, par leur nombre représentent comme un pour cent par rapport au nombre de Ya’jouj et Ma’jouj . Allâh sait plus que tout autre comment ils vivent maintenant et ce qu’ils mangent ; et ce n’est pas confirmé ce que certains disent que leurs oreilles sont longues de sorte qu’ils dorment sur l’une d’entre elles et qu’ils se couvrent avec l’autre et qu’ils sont de petite taille. L’histoire de Dhou l-Qarnayn construisant le barrage pour enfermer Ya’jouj et Ma’jouj est citée dans le Qour’ân dans sôurat Al-Kahf.

À leur époque, il y aura une famine, ils vont passer auprès du lac de Tibériade qui se trouve en Palestine, ils vont en boire toute l’eau ; et lorsque le dernier va passer, il dira : « ici, il y avait de l’eau ».

Les musulmans ne vont pas les combattre tellement leur nombre est grand. Notre maître `Içâ avec les croyants vont aller à la montagne AT-Tôur [une montagne qui se trouve au Sinaï ]. Ils invoqueront Allâh et ils supplieront Allâh pour qu’Il anéantisse ces deux tribus. Allâh fait descendre sur eux des vers qui pénètreront dans le cou de chacun d’entre eux et qui provoqueront leur mort. Ensuite, Allâh envoie des volatiles qui vont transporter leurs cadavres et les jeter dans la mer et Allâh fait que la pluie tombe pour nettoyer la terre de leurs traces. Ces gens-là vont apparaître une certaine période après la descente de notre maître `Içâ.

Quant à la descente de `Içâ `alayhi s-Salâm du ciel ceci est confirmé par des Hadîth SaHîH ; ainsi Abôu Dâwôud a rapporté dans ses Sounan, AHmad dans son Mousnad, Al-Bayhaqiyy et d’autres que le Messager de Allâh a dit :

« ليس بيني وبينه نبي وإنه نازل فإذا رأيتموه فاعرفوه : رجل مربوع إلى  الحمرة والبياض بين مُمَصّرتين كأن رأسه يقطر وإن لم يصبه بلل فيقاتل الناس على الإسلام فيدق الصليب ويقتل الخنزير ويضع الجزية ويهلك الله في زمانه الملل كلها إلا الإسلام ويهلك المسيح الدجال فيمكث في الأرض أربعين سنة ثم يتوفى فيصلّي عليه المسلمون »

Ce qui signifie : « Il n’y a pas entre lui (Jésus `Içâ) et moi de prophète et il va certes descendre. Lorsque vous le verrez, vous le reconnaîtrez : un homme de taille moyenne, d’un teint blanc teinté de rouge. C’est comme si ses cheveux ruisselaient d’eau. Il va combattre les gens pour qu’ils rentrent en l’Islam. Il cassera les croix et tuera les porcs. Allâh fait que dans son époque toutes les communautés autre que la communauté de l’Islam seront anéanties. Ce sera lui qui va tuer le borgne imposteur. Il restera quarante ans sur terre. Ensuite, il va mourir et les musulmans accompliront la prière funéraire en sa faveur ».

Parmi les choses étonnantes qui vont se produire à cette époque-là, c’est que Allâh fait parler les arbres et les pierres, qui vont dire : « Ô toi musulman, voici un mécréant des fils de Isrâ’îl qui se cache derrière moi. Viens et tue-le » sauf une catégorie d’arbre qui s’appelle al-gharqad, qui ne va pas indiquer qu’il y a un d’entre eux qui est caché derrière lui car c’est un de leurs arbres.

Al-Macîh `Içâ `alayhi s-Salâm, lorsqu’ il va descendre du ciel, il aura ses mains posées sur les ailes de deux anges. Il va descendre auprès d’une tour blanche à l’est de Damas, tout comme l’a mentionné le Messager de Allâh dans le Hadîth ; bien qu’à cette époque cette tour blanche n’existait pas à l’est de Damas ; mais  maintenant elle existe telle que l’a décrite le Messager de Allâh ; c’est comme la tour de projecteurs qui a été construite pour l’aéroport à l’est de Damas.

`Içâ, lorsqu’il va descendre, il va rencontrer Al-Mahdiyy au pays du Châm ; ach-Châm n’est pas uniquement la Syrie, cela comprend aussi le Liban, la Jordanie, et la Palestine, tout cela s’appelle Ach-Châm. Ach-Châm s’étend de Al-Arîch jusqu’à Bâlis.

La parole du prophète qui signifie : « Ensuite, il mourra et les musulmans accompliront la prière funéraire en sa faveur » indique que `Içâ n’est pas encore mort ; mais il a été élevé vivant de la terre jusqu’au ciel à l’état d’éveil. Celui qui prétend qu’il est mort sans être tué, ni accroché sur une potence, il se sera trompé.

Il a été rapporté que le prophète `Îçâ vivra 40 ans et il se mariera et il aura deux enfants.

Le Messager a décrit la couleur de la peau de `Içâ dans une version SaHîH rapportée par Al-Boukhâriyy, la couleur de sa peau est comme la couleur de la terre et il y a d’autres versions ; cela indique qu’il n’est pas d’un blanc éclatant mais légèrement brun avec une légère blancheur et rougeur.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿ إِذْ قَالَ اللّهُ يَا عِيسَى إِنِّي مُتَوَفِّيكَ وَرَافِعُكَ إِلَيَّ وَمُطَهِّرُكَ مِنَ الَّذِينَ كَفَرُواْ وَجَاعِلُ الَّذِينَ اتَّبَعُوكَ فَوْقَ الَّذِينَ كَفَرُواْ إِلَى يَوْمِ الْقِيَامَةِ ﴾

ce qui signifie : « Allâh dit : Ô `Içâ Je te ferai mourir après t’avoir élevé à l’endroit qui est honoré selon Mon Jugement [c’est à dire le ciel] ; et Je te délivre de ceux qui ont mécru [les mécréants des fils de Isrâ’îl] et J’accorde à ceux qui t’ont suivi [c’est à dire les musulmans] d’être au dessus des mécréants jusqu’au jour du Jugement » [sôurat ‘Ali `Imrân ‘Ayah 55], dans l’expression de la ‘Ayah, le terme (moutawaffîka) a été cité avant le terme ( râfi`ouka ), mais dans le sens, ( râfi`ouka ) vient avant ( moutawaffîka ) ; donc l’ordre selon le sens :  Je t’élève à l’endroit qui est honoré selon Mon Jugement c’est à dire le ciel, et et Je te délivre de ceux qui ont mécru c’est à dire les mécréants des fils de Isrâ’îl ; et Je te ferai mourir c’est à dire après t’avoir fait descendre sur terre ; ceci est le sens correcte conforme aux Hadîth, et ainsi a expliqué la ‘Ayah `Abdou l-LAh Ibnou `AbbAs, l’exégète par excellence du Qour’ân, en faveur de qui le Prophète a fait une invocation pour que Allâh lui accorde la science de l’explication des sens du Qour’ân.

Il y a d’autres ‘Ayah du Qour’ân où deux informations sont citées l’une après l’autre alors que la première à être citée vient chronologiquement après la deuxième comme dans sôurat Al-‘A`lâ ‘Ayah 4 et 5, Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَالَّذِي أَخْرَجَ الْمَرْعَى ﴿4﴾ فَجَعَلَهُ غُثَاء أَحْوَى ﴿5﴾ ﴾

ce qui signifie : « C’est Allâh Qui fait pousser les plantes et IL a fait qu’elle soient ghouthâ’an [sèches et cassées], ‘aHwâ [vertes et souples] ». Or la plante généralement est d’abord verte et devient ensuite sèche et cassée. Donc cette inversion par énumération dans un ordre chronologique inverse existe déjà dans d’autre ‘Ayah du Qour’ân.

Par ailleurs il est possible d’expliquer ( moutawaffîka ) par : Je t’élève de la terre en étant vivant.

Ainsi les deux explications sont valables ; mais ce qui n’est pas valable, c’est de prétendre que `Içâ serait mort avant qu’il ne soit élevé au ciel car ceci va contredire le Hadîth rapporté par Abôu Dâwôud et d’autres, dans lequel il est mentionné que `Içâ va descendre [cité précédemment]. Le Qour’ân ne contredit pas la parole du Prophète.

Il y a eu un groupe d’égarés qui s’appelle Qadyâniyyah ou AHmadiyyah, qui suivent un homme qui s’appelle Ghoulâm AHmad Al-Qadiyâniyy, relativement à une région au Pakistan Qadiyân. Ils ont prétendu que `Içâ le fils de Maryam est mort, qu’il a été accroché à un poteau. Ghoulâm AHmad est un charlatan. C’est un homme qui a prétendu qu’il était (prophète) et il a dit qu’il était (Al-MacîH ), celui qui est attendu ! Pour induire les gens en erreur et faire passer sa supercherie, il a dit (je suis prophète à l’ombre de MouHammad ) ! La prétention à la prophétie contredit la parole de notre maître MouHammad qu’il n’y aura pas de nouveau prophète après lui. N’est pas musulman celui qui dit qu’il est nouveau prophète après notre maître MouHammad.
Allâh dit au sujet du prophète MouHammad :

﴿ وَخَاتَمَ النَّبِيِّينَ ﴾

ce qui signifie : « et le dernier des prophètes » [Al-‘Ahzab / 40]. Le Messager de Allâh a dit ce qui signifie : «Le message et la prophétie sont interrompus après moi. Il n’y aura pas de nouveau prophète après moi ni de messager ».

Ibnou Abî Hâtim et An-Naçâ’iyy ont rapporté de Ibnou `Abbâs le récit suivant :  » `Içâ était avec douze de ses compagnons dans une maison. Il leur a dit :  » Il y aura parmi vous qui va mécroire en moi après avoir été croyant. Qui d’entre vous aura mes traits, va être tué à ma place et sera mon compagnon au Paradis ? « . Un jeune homme, le plus jeune d’entre eux s’est levé et lui a dit :  » moi  » et `Içâ lui a dit :  » assieds-toi « . Puis il a posé à nouveau la question et de nouveau le jeune homme s’est proposé et `Içâ lui a dit à nouveau :  » assieds-toi « . Il a posé à nouveau la question et le jeune homme s’est de nouveau proposé une troisième fois. Cette fois-ci, `Içâ lui a dit :  » ce sera toi !  » Ainsi ce jeune homme a reçu les traits de `Içâ et ce fut ce jeune homme qui a été pris et accroché à un poteau après que `Içâ ait été élevé à partir d’une ouverture dans le toit de la maison. Les mécréants des fils de Isrâ’îl qui voulaient tuer `Içâ ont pris le jeune homme à la place de `Içâ ; cette parole rapportée de `Abdou l-Lâh Ibnou `Abbâs a une chaîne de transmission du degré SaHîH.

L’ouverture dans le toit de la maison, c’est comme une fenêtre au toit, qui se trouve généralement dans un coin de la maison.

Ce que certains rapportent que ce serait un mécréant des fils de Isrâ’îl qui serait venu accompagné d’autres mécréants des fils de ‘Isrâ’îl pour leur indiquer où se trouve `Içâ et que lorsqu’il était entré dans la maison, il a reçu les traits de al-MacîH, ils ont pensé que c’était lui et qu’ils l’ont tué, tout ceci n’est pas confirmé ! Mais beaucoup d’historiens le citent. Ce qui est correct, c’est ce que dit `Abdou l-Lâh Ibnou `Abbâs à savoir, qu’il s’agissait d’un des compagnons de `Içâ.

À la fin des temps, la foi et l’Islam vont se retirer dans Médine. La dernière des villes de l’Islam à être anéantie sera Médine, tout comme cela est parvenu dans le Hadîth rapporté par at-Tirmîdhiyy, ce qui signifie : «  La dernière des villes de l’Islam anéantie, ce sera Médine l’Illuminée « . Nécessairement, Médine sera dans un meilleur état que les autres villes que ce soit dans le passé ou dans l’avenir. Cette information est déduite du Hadîth rapporté par Mouslim. Certains ont contredit ce Hadîth SaHîH et prétendu que Najd était meilleure. Il est connu chez eux que celui qui était dans le Hijaz et qui revient dans la région de Najd, dont la capital est Ar-Riyad, ils disent : (al-hamdou li l-Lâh que nous sommes revenus dans la maison de la foi). Le prophète a dit de Najd ce qui signifie : «  C’est de là-bas que va sortir la force du chayTân  » rapporté par Al-Boukhâriyy.

À la fin des temps, le Qour’ân sera élevé au ciel et il ne restera plus une ‘Ayah du Qour’ân sur terre. C’est à cette époque que Al-KhaDir va mourir. C’est un homme vertueux selon un avis et un prophète selon un autre avis et ceci est l’avis le plus fort. Il est encore vivant et ce depuis l’époque de Dhou l-Qarnayn.

Après les dix grands signes annonciateurs du Jour du Jugement, le Jour du Jugement va venir. À cette époque viendra un temps où il n’y aura que des mécréants sur terre et c’est à ce moment là que va se terminer la vie dans ce bas monde. Cent ans avant la fin de cette vie, il y aura un vent qui passera sous l’aisselle de chaque musulman et tous les musulmans vont mourir. Il ne restera que les mécréants. L’ange ‘Isrâfîl va souffler dans le cor, [qui est un instrument dans lequel on souffle et qui émet un son]. Ils seront terrorisés en entendant ce son terrible. Les cœurs des mécréants en seront déchirés et ils mourront suite au son qu’ils vont entendre. Les jinns mécréants vont mourir à ce moment-là, il n’y aura pas un seul humain ni un seul jinn sur terre sans être déjà mort. Quant à ceux qui sont morts auparavant, les musulmans et les mécréants, ils vont s’évanouir. Seul les martyrs de combat ne s’évanouiront pas. Le Prophète a dit ce qui signifie : « Les gens vont être évanouis au Jour du Jugement je serai le premier à me réveiller et quand je me réveille, je vois que Môuçâ a sa main sur un des piliers du Trône mais je ne sais pas s’il s’est réveillé avant moi ou s’il ne s’est pas évanoui » rapporté par al-Boukhâriyy.
Quand les prophètes vont s’évanouir à ce moment-là ils ne ressentiront pas de douleur et de même les pieux.

Après la mort des humains, les anges vont mourir et le dernier à mourir c’est `Azrâ’îl – l’ange chargé d’ôter les âmes -. Certains savants ont dit : seront exceptés les anges qui sont en charge du Paradis,  les anges qui sont en charge de l’enfer et ceux qui portent le Trône et également les femmes du Paradis (Al-Hour al-`în ) et les serviteurs du Paradis (Al-Wildân al-Moukhalladôun ). Après ce premier souffle dans le cor, Allâh ressuscite ‘Isrâfîl qui va souffler une seconde fois dans le cor. Il s’écoulera quarante ans entre le premier et le deuxième souffle. Tous ceux qui étaient morts vont revenir à la vie. Les morts vont sortir de leur tombe et après cela, il y aura l’interrogation. Les gens seront interrogés sur ce qu’ils ont fait dans cette vie du bas monde et leurs actes leur seront exposés.

Il a été rapporté dans le Hadîth que la fin du monde aura lieu un vendredi.

Le Messager de Dieu a dit :

قال رسول الله صلى الله عليه وسلم:  » لا تقوم الساعة حتى يَحْسِرَ (ينكشف) الفرات عن جبل من ذهب يقتتل عليه، فيقتل من كل مائة تسعة وتسعون، فيقول كل رجل منهم: لعلي أن أكون أنا أنجو ».
و في رواية قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: « يوشك أن يَحْسِرَ الفرات عن كنز من ذهب، فمن حضره فلا يأخذ منه شيئاً » متفق عليه (أي رَوَاهُ الْبُخَارِيُّ وَ مُسْلِمٌ)

ce qui signifie : « L’Heure [annonçant la fin du monde] ne viendra, qu’après que l’Euphrate [fleuve qui traverse la Turquie, la Syrie et l’Irak] laissera apparaitre une montagne d’or, pour laquelle ils [les gens] vont s’entretuer. Sur chaque 100 [personnes], 99 seront tués. Chaque homme d’entre eux dira : « Il se peut que se soit moi qui serait sauvé/qui réussisserait » ».

Et dans une version, ce qui signifie : « De l’Euphrate apparaîtra un trésor d’or, celui [d’entre vous] qui est présent, alors qu’il n’en prenne rien ». Rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

123
 

l'Islam Vrai |
Blog de l'Aumônerie Secteur... |
EL SHADDAI CHILDREN'S ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Message d'Amour du Père
| ALL FOR ISLAM
| Ammaara's blog